薔薇の言葉

フランス語・フランス語教育/フランス語圏の諸相と女性事情/メディアと現代女性など

2013年07月

eglise-du-coudray-le-coudray-montceaux




Le pape Francois affirme ne pas juger les homosexuels dans l'Eglise

29 juillet 2013 a 16:19

Le souverain pontife a en revanche condamne le lobby gay et redit la position de l'Eglise sur le mariage gay et l'avortement.

Par AFP
Le pape Francois a condamne le ≪lobby gay≫, mais a affirme ne pas juger les homosexuels, y compris dans l’Eglise, dans une conference de presse tenue dans la nuit de dimanche a lundi dans l’avion entre Rio et Rome. ≪Le probleme n’est pas d’avoir cette tendance, c’est de faire du lobbying. C’est le probleme le plus grave selon moi. Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonte, qui suis-je pour la juger ?≫ a-t-il demande.

C’etait la premiere fois que le pape donnait une veritable conference de presse. Detendu, plaisantant mais prudent, il a repondu a toutes les questions sans en esquiver, parfois apres des pauses de reflexion, de maniere tres maitrisee, que lui posaient une quinzaine des 70 journalistes presents sur le vol.

Interroge sur les affirmations selon lesquelles il aurait ete tenu dans l’ignorance des relations homosexuelles d’un prelat qu’il a nomme a la banque du Vatican, l’IOR, Mgr Ricca, le pape a repondu : ≪J’ai fait diligenter une enquete breve et nous n’avons rien trouve sur lui.≫

≪Je n’ai encore vu personne au Vatican sur la carte d’identite duquel est inscrit "gay". On affirme qu’il y en a. Le catechisme de l’Eglise catholique dit tres bien qu’on ne doit pas marginaliser ces personnes qui doivent etre integrees dans la societe.≫ ≪Sur le lobby gay, je n’ai rien trouve. Les lobbies ne sont pas bons≫, a-t-il dit citant en exemple les lobbies politiques ou francs-macons.

Evoquant plus largement la sexualite dans l’Eglise, il a distingue ≪les delits≫ comme ≪les abus sur mineurs≫ et les ≪peches≫, notamment les ≪peches de jeunesse≫. ≪Des laics, des pretres, des sœurs ont fait des peches et se sont convertis. Quand le Seigneur pardonne, il oublie tout.≫

Interroge sur le mariage gay et sur l’avortement, auxquels l’Eglise est fermement opposee, le pape a repondu : ≪Vous savez parfaitement la position de l’Eglise≫. Pour la seule fois, il a repondu brievement, sechement.

http://www.liberation.fr/monde/2013/07/29/le-pape-francois-affirme-ne-pas-juger-les-homosexuels-dans-l-eglise_921522?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitterhttp://www.liberation.fr/monde/2013/07/29/le-pape-francois-affirme-ne-pas-juger-les-homosexuels-dans-l-eglise_921522?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

SOCIETE
Je prefere le titre de la version papier "Le sexisme appartient a notre inconscient republicain" bien illustre par la photo;)

https://www.facebook.com/rejane.senac.9https://www.facebook.com/rejane.senac.9

≪Les lois pour l'egalite femmes-hommes sont inefficaces car non contraignantes≫

2 juillet 2013 a 07:20

INTERVIEW Le projet de loi intitule ≪Pour l’egalite entre les femmes et les hommes≫ sera presente ce mercredi en Conseil des ministres. Selon Rejane Senac, chercheure au Cevipof, seule une nouvelle loi peut faire progresser l'egalite.

Par Recueilli par ANNE-CLAIRE GENTHIALON
Encourager les hommes a prendre le conge parental, interdire l’acces des entreprises qui ne respectent pas l’egalite professionnelle aux marches publics, mettre la pression sur les hommes qui ne paient pas leur pension alimentaire a leur ex-compagne, pousser le Conseil superieur de l’audiovisuel a debusquer les stereotypes sexistes. Tout ca sans oublier de mieux proteger les femmes victimes de violences conjugales. Voila les grands traits du projet de loi intitule ≪Pour l’egalite entre les femmes et les hommes≫, presente ce mercredi en Conseil des ministres par la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. Ambitieux ? Oui. Fourre-Tout ? ≪Parce que les inegalites sont partout, nous devons agir partout≫, justifie la ministre.

Rejane SENAC CNRSMais au fond fallait-il encore legiferer alors que tout un arsenal legislatif existe deja, sur l’egalite professionnelle, les violences ou encore la parite en politique ou au sein des conseils d’administration ? Entretien avec Rejane Senac, chercheure CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po - Cevipof, auteur de L’invention de la diversite (PUF, 2012) et presidente de la commission parite du Haut Conseil a l’egalite entre les femmes et les hommes, qui a donne un avis general favorable au projet de loi. (Photo DR)

Doit-on passer necessairement par la loi pour promouvoir l’egalite femmes-hommes ?

Je retournerais la question : comment promouvoir l’egalite femmes-hommes en dehors de la loi au sens de ce qui fait norme ? Le droit agit en effet sur les conduites individuelles et collectives, pas seulement par les sanctions legales qui accompagnent son non-respect, mais aussi par le poids de la norme sociale qu’il incarne. Le sexisme est notre inconscient republicain, comme en temoigne l’article premier de la Declaration des droits de l’homme et du citoyen : il affirme que les hommes naissent libres et egaux en droits mais ne s’est pas applique aux femmes pendant deux siecles, sans que cela ne soit percu comme contradictoire avec le principe d’egalite.

Rappelons que le Code civil de 1804 consacre l’incapacite juridique de la femme mariee et que les droits accordes ensuite aux femmes, tels que l’interdiction du travail de nuit en 1892, l’ont ete pour proteger la fonction de mere et non pour reconnaitre les femmes comme des individus a part entiere. C’est ainsi que les Francaises ont du attendre jusqu’en 1965 pour gerer leurs biens propres et exercer une profession sans autorisation maritale. Cette loi participe au defi qui consiste a repenser la coherence du droit pour porter un republicanisme non pas idealise mais critique afin que l’egalite s’applique a toutes et a tous.

De nombreuses lois ont pourtant ete votees et les chiffres sont toujours aussi desolants...

Beaucoup de lois ont, en effet, ete adoptees depuis les annees 70 et cela peut donner l’impression que le temps n’est plus a legiferer. Or, j’estime avec la juriste Annie Junter que les lois concernant l’egalite femmes-hommes sont ≪hors la loi≫ car elles ne sont pas contraignantes, les sanctions n’existant pas ou n’etant pas appliquees. Citons les lois sur l’egalite professionnelle qui, du principe d’egalite salariale enonce des 1972 aux lois de 1983, 2001, 2006 ou 2010, ne sont pas efficaces car pas efficientes. Ainsi, lorsqu’il s’agit de lutter contre les inegalites femmes-hommes, la loi perd son autorite. Cette nouvelle loi est une occasion pour donner a l'egalite les moyens de son application.

Faut-il une loi transversale pour autant ?

L’approche par secteur de politique publique (education, sante, emploi, securite…) ne permet pas de deconstruire les inegalites entre les sexes comme systeme de constructions sociales hierarchisees. Le risque est de mettre en concurrence les thematiques (contraception, violences, egalite professionnelle, partage du pouvoir…), les types d’inegalite (sexuees, racialisees, sociales…) et d’avoir des effets contradictoires entre secteurs. A titre d’exemple, les politiques familiales et les politiques d’emploi peuvent etre en tension au regard de l’objectif d’egalite femmes-hommes, comme en temoigne l’augmentation du travail a temps partiel feminin de 21% en 1990 a 30% en 2011. Les vives polemiques suite a l’ouverture du mariage aux personnes de meme sexe montrent l’importance de penser la deconstruction des inegalites de maniere transversale. Le defi lance a la Republique est d’apprehender l’entremelement des differences (en particulier sexuees, d’orientation sexuelle, racialisees ou sociales) au regard du projet politique d’egalite et non du recours au mythe de la complementarite des differences.

Quels sont les freins encore aujourd’hui ?

En 2013, les individus sont encore assignes a des comportements sexues binaires se limitant a etre une bonne mere ou un bon pere que cela soit dans la vie privee comme dans la vie publique. C’est ainsi que les femmes doivent faire du management maternant, de la politique autrement plus dans l’empathie dans l’ecoute... Alors que les hommes sont encore les depositaires de l’autorite.

Si les femmes ont gagne le droit, voire le devoir, d’etre desormais presentes dans des territoires dont elles etaient naguere exclues (ecole, entreprise, politique etc.) c’est au nom de la ≪plus-value≫ de la mixite : cela ne refonde pas un ordre social egalitaire, mais rend acceptable, voire souhaitable, l’ordre sexue qui a justifie leur exclusion du contrat social au nom de leur ≪moins-value naturelle≫. Dans un contexte de crise, la tentation est forte de porter les politiques d’egalite comme un investissement social. Or pour etre paires, il ne faut pas seulement moderniser, mais depasser le mythe fondateur de la complementarite. Cette loi a donc pour defi d’etre efficace au sens de transformatrice.

水車


宮崎駿 スタジオジブリ

僕は仕事場の隣に保育園を作ったんですが、これは本当によかった。
いちばんよかったのは僕にとってなんです。
チビたちがぞろぞろ歩いてるのを見ると、正気に戻らざるを得ないんです。

僕が日本を見直したのは、30代になってから
初めてヨーロッパへ行って帰って来た時です。ヨーロッパといっても、ほんの一部、スウェーデンをうろうろしただけですけれど、帰って来てみると、自分がどれだけこの島の植物や自然が好きかということがよくわかったんです。

人がいなければ日本はものすごくきれいな島だと思った。

日本の国や日の丸が好きになったのではなく、日本の風土というのは素晴らしいものだという認識を持つようになりました。貧乏であるとか、ゆとりがあるとかというのとは関係なしに、豊かな環境の中にいると思いました。明治神宮にすごい森があって、それが人間の作った森だということなどがわかってきた。そんな土地の力を持っている島にいるんだということが、実に緩やかに少しずつわかってきたんです。


http://blogos.com/article/67026/?axis=g:0&p=3http://blogos.com/article/67026/?axis=g:0&p=3

http://www.liberation.fr/societe/2013/06/10/la-theorie-du-genre-reponse-au-ministre-vincent-peillon_909686

SOCIETE

La theorie du genre : reponse au ministre Vincent Peillon

10 juin 2013 a 19:06

Par ALEXANDRE JAUNAIT Politiste, maitre de conferences universite de Poitiers ANNE REVILLARD Sociologue, Sciences-Po Paris LAURE BERENI Sociologue CNRS, EHESS et SEBASTIEN CHAUVIN Universite d’Amsterdam

La position recemment exprimee par Vincent Peillon sur l’enseignement de la ≪theorie du genre≫ a l’ecole (1) a eu de quoi laisser perplexes les universitaires specialistes du champ des recherches sur le genre. Le ministre declare qu’il n’y a ≪pas de debat≫ sur cette question au ministere, precisant ≪nous sommes pour l’egalite filles-garcons, pas pour la theorie du genre≫ ; dans un autre entretien, il justifie sa position en affirmant : ≪Si l’idee c’est qu’il n’y a pas de differences physiologiques, biologiques entre les uns et les autres, je trouve ca absurde.≫ Vincent Peillon demontre doublement sa meconnaissance des enjeux en question. D’abord, en designant une multiplicite de travaux de recherche par un label - ≪theorie du genre≫ - invente pour les stigmatiser par la frange la plus conservatrice de la droite francaise. L’idee qu’il existe une theorie du genre est un argument recurrent des conservateurs de tout poil qui cherchent a renvoyer de solides analyses empiriques a la fragilite d’une doctrine. Leur demarche s’apparente a celle des conservateurs americains qui attaquent systematiquement l’enseignement de la biologie dans les ecoles americaines en prenant pour cible la ≪theorie de l’evolution≫, aux cotes de laquelle il faudrait, d’apres eux, enseigner la ≪theorie du dessein intelligent≫ - resurgence du creationnisme le plus antiscientifique.

Le ministre de l’Education montre egalement sa profonde meconnaissance des recherches sur le genre en definissant celles-ci par un objectif qu’elles ne se sont jamais fixe : n’en deplaise a leurs contempteurs, les etudes sur le genre ne cherchent pas a montrer qu’il n’existe pas de differences physiologiques entre les personnes. Leur preter un tel dessein est aussi absurde que de penser que les etudes sur le racisme auraient pour objectif de demontrer que la couleur de peau n’existe pas. Ce que les etudes sur le genre ont montre, en revanche, comme les etudes sur les rapports sociaux de race, c’est que les multiples differences physiologiques entre les personnes sont toujours percues a travers un filtre social qui interprete, classe, dichotomise, hierarchise, et transforme. Parmi l’ensemble des elements qui differencient physiologiquement les individus, certains sont consideres comme ayant une saillance particuliere, acquierent un statut fondateur, determinant l’ordre social et legitimant ses hierarchies. La couleur de peau, la texture des cheveux, le fait d’avoir des seins, un vagin ou un penis deviennent alors les fondements ≪naturels≫ - donc immuables - de l’ordre social. Il est paradoxal de devoir a cet egard rappeler a un ministre de l’Education que pour lutter efficacement contre les discriminations… il est indispensable de les expliquer, d’en comprendre le fonctionnement et d’en denoncer les vehicules.

Le Haut Conseil a l’egalite entre les femmes et les hommes, installe par le Premier ministre en janvier, a ainsi cree en son sein une commission ≪stereotypes≫ qui vise a traquer les representations inegalitaires des hommes et des femmes, a l’oeuvre tout au long de la vie sociale et dans une multiplicite de spheres d’activites (education, loisirs, vie professionnelle, vie conjugale et familiale). Les travaux du Haut Conseil s’appuient sur les etudes sur le genre, un champ de recherche pluriel et dynamique qui est soumis, comme tous les champs de recherche, au regime d’evaluation et de controle par les pairs propre a la connaissance scientifique. Lutter contre la discrimination sans l’expliquer serait une demarche vouee a l’echec. Une telle demission pedagogique marquerait la victoire des groupes de pression conservateurs qui font violemment entendre leur voix aujourd’hui.

Accrediter l’idee selon laquelle une pluralite d’analyses reconnues au niveau international forme une theorie visant a nier l’existence de differences entre les etres humains, alors que ces travaux cherchent a penser le sens de ces differences et les effets politiques et sociaux qui s’y attachent, est pathetique. Mais peut-etre le ministre n’evoquait-il pas ces travaux de qualite ? Dans ce cas, il s’est attaque a un ennemi qui n’existe tout simplement pas et il a rassure tout le monde sur le fait qu’on ne parlerait ni du yeti ni de l’astrologie dans les ecoles. On se sent rassures. Mais si le ministre prend au serieux la lutte contre les inegalites, en particulier de sexe, et qu’il cherche a combattre ces dernieres, alors l’enseignement des connaissances issues du champ des etudes sur le genre a l’ecole est une idee qui, au-dela du debat, pourrait etre mise en oeuvre. Helas, en caricaturant les etudes sur le genre, le ministre a surtout cherche a apaiser la cour de recreation des lobbys qui se denomment eux-memes ≪antigenre≫. Desarmee, la lutte contre les discriminations risque alors d’etre reduite a une simple incantation.

(1) ≪Liberation≫ du 29 mai. Anne Revillard, Laure Bereni et Sebastien Chauvin sont coauteurs avec Alexandre Jaunait de : ≪Introduction aux etudes sur le genre≫, ed. De Boeck, 2e edition, 2012.

Sexe, race et realite : reponse a Nancy Huston et Michel Raymond

Par CHRISTINE DETREZ sociologue, maitre de conferences a l’Ecole normale superieure de Lyon, REGIS MEYRAN anthropologue, chercheur associe au Lirces (Nice-Sophia antipolis)

A l’heure ou le mot de race vient d’etre supprime de la legislation et ou des deputes poursuivent leur cabale contre l’enseignement des theories du genre en SVT, le Monde publie un texte de Nancy Huston et Michel Raymond (1), intitule ≪Sexe et race, deux realites≫, surprenant de par son caractere retrograde. Les sciences humaines et sociales sont accusees par les auteurs en question de ≪cecite volontaire≫ vis-a-vis des sciences de la nature, ces dernieres seules ayant le privilege de dire ce que sont la race, le sexe et meme la realite.

C’est la opposer fictivement deux camps : car il n’existe pas un unique point de vue, ni en ≪sciences de la nature≫ ni en sciences sociales. Il est du reste naif de penser que les premieres produisent des ≪faits averes et irrefutables≫ et les secondes seulement des ≪mythes modernes≫.

En ce qui concerne la notion de race, les deux auteurs affirment : ≪les groupes humains genetiquement differencies existent≫, ce qui est une parfaite banalite. Evidemment que les groupes, et meme tous les individus pris un a un, sont differencies genetiquement. Le probleme est plutot de savoir comment construire et classer differents groupes humains. Et c’est la que le bat blesse. En effet, la ≪race≫ est un concept scientifique a la fois inutile et d’une grande imprecision, a l’histoire longue et chaotique.

Au depart equivalente a la variete ou sous-espece (echelon inferieur a l’espece) chez les premiers naturalistes, cette notion a ete l’objet specifique de l’anthropologie dite ≪physique≫. Elle fut alors ≪mesuree≫ d’abord sur les cranes a l’aide du fameux indice cephalique et d’une debauche d’outils qui apparaissent aujourd’hui plus improbables les uns que les autres - d’autres criteres physiques, comme la couleur de la peau ou le type de cheveu, ayant ete sollicites en renfort.

Au XXe siecle, c’est dans les caracteristiques sanguines puis dans les genes, avec la decouverte de l’ADN (1944), qu’on chercha a distinguer les races. Les resultats furent et restent on ne peut plus flottants : selon l’epoque et le point de vue de l’auteur, certains ont cru denombrer quatre races, d’autres trois cents…

A la Liberation, et en reaction aux abominations nazies fondees sur la logique raciste, d’autres ont affirme qu’il n’y avait qu’une seule race humaine. Sur le plan de la repartition geographique, pas mieux : selon les auteurs et la periode, une race pouvait se reduire a la circonference d’un village ou au contraire atteindre la taille d’un continent.

Enfin, dans les colloques scientifiques qui ont jalonne le XXe siecle, personne n’est jamais arrive a un quelconque consensus sur la notion de race, laquelle a ete regulierement remise en question par les esprits les plus eminents, de Paul Topinard (1891) a Henri Neuville (1936) en passant par Franz Boas (1911).

Depuis l’avenement de la genetique des populations, les chercheurs preferent se concentrer sur l’echelon directement superieur, l’espece, ou celui qui est en dessous, la population, ces deux concepts etant bien plus solidement identifies. Le geneticien Luigi Cavailli-Sforza, evoquant justement l’aspect extremement ≪vague≫ du concept, affirmait en 1993 : ≪Dans l’espece humaine, l’idee de "race" ne sert a rien.≫ Pour Jean Gayon, ce concept n’est pas pertinent applique a l’etre humain. Les specialistes actuels de la classification phylogenetique du vivant, tel Guillaume Lecointre, ne font d’ailleurs aucune reference a la race.

En ce qui concerne la notion de ≪sexe≫, selon Huston et Raymond, males et femelles se differencieraient genetiquement ≪pour une partie de leur comportement≫. Or le paleontologue Stephen Jay Gould affirmait des 1977 : ≪Quelle preuve directe avons-nous que le comportement social humain est sous le controle des genes ? Pour le moment, la reponse est : aucune.≫

Mais, en outre, qu’est-ce qu’un ≪comportement≫ et comment en faire une typologie qui soit objective et fonctionnelle ?

Selon les auteurs, ≪les faits […] nous montrent que deja a la naissance - donc avant toute influence sociale - filles et garcons n’ont pas les memes comportements≫ : de quels ≪faits≫ s’agit-il donc ? Et comment esperer assigner une date butoir a ≪l’influence sociale≫, quand la facon d’identifier les mouvements intra-uterins est deja empreinte de jugements sur les comportements supposes des filles et des garcons ?

L’argument invoque pour le role des hormones (≪Et comment ne pas reconnaitre que le pic d’hormones de la puberte, que partagent les adolescents humains avec les adolescents chimpanzes, a une origine biologique et un effet marque sur les comportements ?≫) laisse quelque peu pantois dans un article qui tend a donner des lecons de scientificite : contre le recours a l’evidence du naturel, on pourrait peut-etre conseiller de lire les travaux d’Ilana Lowy et de Nelly Oudshoorn, qui montrent que les explications genrees des comportements par assignation hormonale ont ete remises en cause au sein meme des endocrinologues, et ce des les annees 50 - mais maintenus en raison, notamment, des interets pharmaceutiques.

Enfin, si les etres humains sont des animaux pas comme les autres, encore faudrait-il montrer que ≪les≫ animaux, eux aussi, sont purement determines par leurs hormones ou leurs genes, ce qui fait l’objet de debats dans la communaute scientifique.

Plus encore : si on suit Anne Fausto Sterling, la dualite des sexes doit etre elle aussi soumise a l’epreuve de la science, car il n’est pas toujours possible de faire coincider les divers criteres consideres comme constitutifs du sexe (anatomique, hormonal, chromosomique, genetique) au sein d’une unique ≪realite biologique objective≫ dont se reclament Huston et Raymond.

Qu’on le veuille ou non, la biologie reste consideree comme un ordre de realite superieure, le socle intangible sur lequel viendraient s’elaborer les arrangements sociaux. C’est d’ailleurs un des effets pervers de la distinction introduite entre sexe et genre, qui laisse supposer l’existence de domaines reserves : la biologie traitant du sexe (renvoyant a l’ordre naturel) et la sociologie, du genre (l’ordre culturel).

Sans parler de la notion de race, qui fait croire qu’elle est un objet purement biologique. Arretons donc d’imaginer que les sociologues et les anthropologues detestent les sciences naturelles et la rigueur scientifique : ils sont indispensables pour elaborer, de concert avec les biologistes, une reflexion veritablement interdisciplinaire sur les verites scientifiques et leurs conditions de production.

(1) ≪Le Monde≫, 18 mai 2013

http://www.liberation.fr/culture/2013/05/27/sexe-race-et-realite-reponse-a-nancy-huston-et-michel-raymond_906078

https://www.facebook.com/rejane.senac.9https://www.facebook.com/rejane.senac.9

イギリス王室では「乳母」が子育てを行う伝統があり、ウィリアム王子も、複数の乳母に育てられました。しかしウィリアム王子夫妻は、乳母に任せきりにするのではなく公務の時などを除き、可能な限り自分たちで子育てを行いたいとしています。

キャサリンさんは、出産後、赤ちゃんとともにロンドンから西におよそ90キロ離れたバークシャーにある実家に戻り、両親に育児を手伝ってもらうと伝えられています。一般の家庭で将来の国王の子育てが始まることになれば、やはりイギリス王室にとっては異例のことです。

ウィリアム王子は、家族の仲がよいキャサリンさんの実家を結婚する前からたびたび訪れ、同じような環境で自分の子どもも育てたいと考えるようになったのではと見られている。

王子夫妻の考えは、「王室は時代に適応していなければならない」と考えるエリザベス女王からも容認されているといわれ、イギリスの若い世代にも好感をもって受け止められています。

http://www3.nhk.or.jp/news/html/20130723/t10013221771000.html


                ーーー

テレビ番組より;<ブームに待った!もう一度“イクメン”を考える>

「イクメン」という言葉が流行語に選ばれたのは2010年のこと。それ以来、育児に参加する男性は年々増加し、今では珍しくなくなりつつあります。イクメンは、妻にとってはありがたい存在。
しかし、あさイチでアンケートを行ったところ、妻からは「イクメンってどこまでしてくれること?」「気まぐれに手伝われるとよけいに迷惑」など、イクメンに関する疑問や不満がうずまいていることが分かりました。専門家に尋ねたところ、妻側のニーズとかみ合わない『イクメンもどき』や『やりすぎイクメン』といったケースが増えているとのこと。

うちの夫は「イクメンもどき」だという主婦4人の座談会。4つの特徴が出ました。

人前ではイクメンぶりをアピールする。
自分の遊びに子どもをつきあわせる。あくまで自分本位。
料理はするが片づけはしない。
風呂から出ても子どもはほったらかし。

<イクメンもどき>>:ふだん家の中では育児に関することはほとんどしないのに、外に出て人目があるところに行くと急に子どもをあやしたり、育児をしているようなそぶりを見せる夫のこと。

<やりすぎイクメン>:イクメンではあるが、何事もとにかく時間がかかったり、こだわりすぎたりする傾向にあるのが「やりすぎイクメン」。2時間30分かけて「ベビーフレンチ」を作り、午後3時にようやくお昼ご飯にありつけたが、子供はお昼寝の時間が迫り食欲どころではない父子など。

<家族を幸せにするイクメンとは?>
「ママに対する気遣い」→「育児や家事」→「子育てへの共感」

p02





出演者
専門家ゲスト:徳倉康之さん(NPO法人 ファザーリング・ジャパン事務局長)
ゲスト:藤本美貴さん(歌手)、玉ちゃんさん(タレント)
リポーター:近藤泰郎アナウンサー

http://www1.nhk.or.jp/asaichi/2013/04/17/01.htmlhttp://www1.nhk.or.jp/asaichi/2013/04/17/01.html

Le_dernier_batea_51ebc296844fe



Par Michel Wasserman Nassrine Azimi


http://www.leverasoie.com/extrait-de-le-dernier-bateau-pour-yokohama


ベアテ・シロタは日本育ちで戦後間もない頃、日本の新しい憲法の草案作成に協力し、両性の平等の項目が取り入れられた結果となりました。

最近、レオ・シロとベアテ・シロタについてフランスで「Le dernier bateau pour Yokohama」という本が出て注目されています。

"Le Dernier Bateau pour YOkohama"

著者は元日仏会館の研究員、元関西日仏学館館長のMichel WASSERMAN(現在立命館大学教授)と広島にある国連のユニタール(訓練調査研究所)事務所元所長(現在顧問)のNassrine AZIMIです。

images-3



ユニセフ、世界的規模の非難にも関わらず、アフリカおよび中東の29カ国では今なお3億人の少女がexicionの危機に晒されている現実を報告:

UNICEF : MALGRE UNE OPPOSITION MASSIVE, 30 MILLIONS DE FILLES RISQUENT L';EXCISION
New York, Jul 22 2013 12:50PM

Alors que plus de 125 millions de femmes et de filles ont subi des mutilations genitales ou une excision, 30 millions de filles risquent d';etre excisees au cours de la prochaine decennie, indique lundi l';UNICEF dans un rapport, qui montre aussi que la majorite de la population des pays ou se concentrent ces pratiques y est opposee.

Le rapport du Fonds des Nations Unies pour l';enfance (UNICEF), intitule Mutilations genitales feminines/excision : apercu statistique et etude de la dynamique des changements, est la compilation la plus complete a ce jour de donnees et d';analyses sur le sujet.

Des enquetes menees dans les 29 pays d';Afrique et du Moyen-Orient ou ces pratiques perdurent montrent que les filles risquent moins l';excision qu';il y a 30 ans et que l';adhesion a cette pratique decline, meme dans les pays ou elle est quasi universelle, comme l';Egypte et le Soudan.


Pourtant, bien que le soutien aux mutilations genitales flechisse, des millions de filles courent encore un danger considerable. Le rapport montre ainsi l';ecart qui existe entre l';opinion personnelle a propos de ces pratiques et un sentiment d';obligation sociale solidement enracine qui explique pourquoi elles perdurent. Il est en outre difficile d';aborder ouvertement cette question intime et sensible.

≪ Les mutilations genitales et l';excision constituent une violation du droit des filles a la sante, au bien-etre et a l';autodetermination ≫, a affirme Geeta Rao Gupta, Directrice generale adjointe de l';UNICEF, qui a souligne qu';il n';etait pas suffisant de legiferer sur le sujet.


≪ Ce qu';il faut a present, c';est laisser les femmes et les filles, les hommes et les garcons, s';exprimer avec force et clarte pour annoncer qu';ils souhaitent l';abandon de ces pratiques nefastes≫, a-t-elle declare.

Le rapport de l';UNICEF montre aussi que non seulement la majorite des femmes et des filles est contre ces pratiques, mais qu';un nombre important d';hommes et de garcons y est oppose. Dans trois pays - la Guinee, la Sierra Leone et le Tchad - les hommes sont d';ailleurs plus nombreux que les femmes a vouloir y mettre fin.

En termes de tendances, le rapport note que dans plus de la moitie des 29 pays ou les mutilations genitales et l';excision sont concentrees, les filles d';aujourd';hui risquent moins d';etre excisees que leur mere. Les filles de 15 a 19 ans sont trois fois moins susceptibles d';avoir subi des mutilations que les femmes de 45 a 49 ans au Kenya et en Tanzanie. La prevalence a baisse de pres de moitie chez les adolescentes du Benin, d';Iraq, du Liberia, du Nigeria et de la Republique centrafricaine.

Si ces pratiques ont ete pratiquement abandonnees par certains groupes et dans certains pays, elles restent courantes dans beaucoup d';autres, en depit des risques sanitaires qu';elles font courir aux filles et malgre, parfois, l';interdiction de la loi.


En Somalie, en Guinee, a Djibouti et en Egypte, les mutilations genitales et l';excision sont quasiment universelles : pres de neuf femmes et filles sur dix ont ainsi ete excisees dans le groupe des 15 a 49 ans. Aucune baisse n';est egalement constatee dans des pays comme la Gambie, le Mali, le Senegal, le Soudan, le Tchad ou le Yemen.

Pour y remedier, le rapport recommande de soumettre ces pratiques a un regard plus critique, afin de contrer l';idee fausse selon laquelle ≪ tout le monde ≫ les approuve. Il insiste aussi sur le role que l';education, puisqu';a un niveau d';instruction plus eleve chez les meres correspond un risque moindre d';excision chez les filles.

Le rapport propose quelques mesures cruciales pour eliminer les mutilations genitales et l';excision, telles que la prise en compte des traditions culturelles locales plutot qu';une opposition frontale et la modification des attitudes individuelles envers ce phenomene tout en integrant les attentes profondement enracinees des groupes sociaux.

Le rapport recommande aussi l';etape cruciale que constitue la visibilite accrue des attitudes secretement favorables a l';abandon de ces pratiques - afin que les familles sachent qu';elles ne sont pas seules -, ainsi que le renforcement des contacts entre les groupes qui les pratiquent encore et ceux qui ne le font plus.

Une amelioration du statut et des perspectives des filles et la poursuite de la collecte des donnees pour eclairer les politiques et programmes visant a eliminer les mutilations genitales et l';excision sont egalement avancees par ce rapport.

Rubinの壷





http://blog.goo.ne.jp/teramachi-t/e/c1a13857268f6abdc27edb988c9abb19 
より抜粋させて頂きました。

朝日・毎日両紙は、与党の圧勝は有権者が安定した政治を望んだ結果だが、数を頼みに間違った方向へ突き進むことを警戒している。

朝日新聞は、アベノミクス、憲法改正、原発の3点に触れている。
アベノミクスについては、今のところ国民からの信認を得ているが、賃金上昇や医療・介護の充実などに反映されなければ、支持を失うだろうと警告している。
憲法については、同紙の世論調査で96条改正への反対が上回っていることを挙げた。
原発についても、同紙の世論調査で再稼働反対が過半数を超えることを挙げ、民意と政権との「ねじれ」なきよう、主張している。

●ヤフー/朝日新聞デジタル 7月22日(月)7時0分配信 (有料記事)
<両院制した自公政権―民意とのねじれ恐れよ>
この記事の続きをお読みいただくには、朝日新聞デジタルselect on Yahoo!ニュースの購入が必要です。
                 
●毎日新聞 2013年07月22日
<社説:衆参ねじれ解消 熱なき圧勝におごるな>
自民党は圧勝だが、絶対的支持を得たわけではない。三年前の前回を下回る低投票率、民主党の凋落(ちょうらく)、非自民票の分散が相対的に自民党を押し上げたと見るべきだ。
同時に、有権者の政治離れの中での圧勝という危うさも指摘しなければならない。投票率は3年前の前回参院選より落ち、戦後最低を更新したさきの衆院選と同様、低投票率傾向だった。
行き場を失った批判票の多くが棄権に回ったことは否定できまい。

●東京新聞 2013年7月22日
<参院選、自民が圧勝 数に傲らず、暮らし最優先に着実な政策実現を>
一人区のうち、野党が選挙協力した沖縄では勝利し、山形では善戦した。「一強」となった自民党に立ち向かうには、野党勢力を結集する必要性を、すべての野党がいま一度、認識すべきである。

●読売新聞社説 7月22日付
<国民は安定を望んだ>
衆参ねじれは6年前、第1次安倍政権が参院選で敗北して生じさせたものであり、首相は今回、雪辱を果たしたことになる。

投票率は、前回を大幅に下回った。反自民票の一部が棄権に回ったという側面もあるだろう。
低投票率が組織政党への追い風になったに違いない。

安倍政権は当面、成長戦略の具体化をはじめ、消費税率引き上げの判断、集団的自衛権を巡る政府の憲法解釈の見直しに取り組む。環太平洋経済連携協定(TPP)交渉、国家安全保障会議(日本版NSC)設置も進める意向だ。

●日経新聞 2013/7/22付
<経済復活に政治力を集中すべきだ>
憲法改正や外交、エネルギーなど、イデオロギー色の強い争点は後ろに引っ込めて、経済の一点に集中させたことが功を奏した。

自民党は選挙大勝によって浮かれることのないよう求めたい。懸念されるのが古い体質の復活である。既得権益の保護・分配への志向・偏狭なナショナリズムの3つのバネが働く可能性があるためだ。とくに規制改革にブレーキをかけ、公共事業の増額にアクセルを踏み込む動きには要注意だ。

昨年末の衆院選と今回の参院選で誕生した新人議員が多数派を占め、派閥のタガがゆるんでいる中で、派閥単位の党のガバナンス(統治)に代わる新たな型はできていない。政策決定では右肩上がりを前提に利益の分配を進めてきた自民党だが、今や必要なのは「負担の分配」のための調整システムである。

第2次安倍内閣は、参院選をへて安定政権への道筋を切りひらく環境が整った。
首相の党総裁任期は15年9月までで、もし3年後の16年夏の次の参院選まで国政選挙がないとすれば、この3年が日本政治にとっては課題処理の絶好のチャンスだ。


                ーーー

     ニートでも生活保護でも生きていけない現実
『生活保護――知られざる恐怖の現場』より
《4月5日》「体がきつい、苦しい、だるい。どうにかして。」
《日時不明》「せっかく頑張ろうって思っていた矢先に切りやがった。生活困窮者は、はよ死ねってことか。」
《5月25日》「小倉北のエセ福祉の職員ども、これで満足か。貴様たちは人を信じる事を知っているのか。3月、家で聞いた言葉、忘れんど。市民のために仕事せんか。法律はかざりか。書かされ、印まで押させ、自立指(ママ)どうしたんか。」
《同日》「腹減った。オニギリ腹一杯食いたい。体重も68キロから54キロまで減った。全部自分の責任です。」
《5月26日》「人間食ってなくてももう10日生きてます。米食いたい。オニギリ食いたい。」
《6月5日》「ハラ減った。オニギリ食べた―い。25日米食ってない。」

日記はここで終わっている。およそ1ヶ月後、Jさんは餓死状態で発見された。
100円のオニギリすら、食べられないというのか。でも、なぜJさんは、一度は受けていた保護を辞退したのだろう。事件の後、主治医は「働ける」と判断した文章は書いていないと抗議した。著者は、行政が受給者を保護から追い出すために、病状調査を改竄し、辞退届も不本意に書かせた可能性が高いと考えている。

『生活保護――知られざる恐怖の現場』今野晴貴・著/ちくま新書
極貧の末、餓死、自殺。数々の事例をあげながら本書で語られる生活保護の実態は、貰うべき人が貰えず適切な保護を受けることができていない機能不全の状態だった。「オニギリ食べた―い」と書きのこして餓死した50代の男性。「働かん者は死んだらいいんだ」「風俗ででも働け」受給者に浴びせられる数々の暴言。生活保護の抱える問題は不正受給だけではない。

http://www.excite.co.jp/News/reviewbook/20130723/E1374513468561.html?_p=2

このページのトップヘ